Apprivoiser le soleil au naturel

Nous entretenons avec le soleil un rapport particulièrement complexe parfois heureux, parfois dangereux, toujours complexe et jamais anodin.S’il est indispensable à la vie, nous réchauffe, booste notre énergie tout en libérant des endorphines (des « morphines naturelles »), il peut par ailleurs s’avérer des plus dangereux avec des dommages souvent irréversibles. Mieux vaut par conséquent s’en faire un allié en mettant toutes les chances de notre côté.

Le programme solaire gagnant pour dompter le soleil : préparer, protéger et apaiser

  1. Préparer

Il existe quelques mesures simples pour préparer la peau à un beau bronzage et renforcer sa protection naturelle :

  • Faire un gommage : exfolier la peau 1 à 2 fois par mois permet d’éliminer les cellules mortes ; votre bronzage sera plus homogène et éclatant.

Quelques idées d’exfoliants naturels : du marc de café, du sucre de canne, du sel ou de la noix de coco râpée dans un peu d’huile végétale de votre choix.

  • Hydrater sa peau : une peau bien hydratée sera mieux préparée à une exposition au soleil qui tend à la dessécher.
  • Faire le plein de caroténoïdes : le fameux « béta-carotène » qui donne leur couleur orangée aux carottes est un antioxydant puissant, en plus de favoriser une jolie teinte hâlée. Les composés de la famille des caroténoïdes aident à la protection solaire en absorbant une partie des UV, tout en protégeant la peau des dommages liés aux radicaux libres.

 Quelques exemples de caroténoïdes au naturel : de l’urucum, une plante endémique d’Amazonie, du macérât de carotte, de l’huile végétale de buriti ou de framboise.

  • Nourrir sa peau avec des acides gras essentiels : un bon apport en acides gras polyinsaturés, dont les fameux oméga 3 et oméga 6 est une des clés pour une belle peau.

Quelques exemples d’huiles végétales riches en oméga 6 : Onagre, Bourrache, Carthame, Fruits de la passion.

Quelques huiles végétales riches en oméga 3 : Inca inchi, Framboise, Chanvre, Périlla, Cameline, Cranberry.

 Nourrir sa peau de l’intérieur

Les meilleurs des antioxydants sont présents dans les végétaux qui se protègent eux-mêmes du soleil en synthétisant des molécules colorées comme le lycopène (tomate, tagète), les anthocyanes (pigments bleu violet des fruits rouges), les caroténoïdes (carotte, mangue, abricot…).

Retenez qu’en règle générale, plus un végétal est coloré, plus il est riche en antioxydants et plus sa protection antiradicalaire est élevée.

Zoom sur la spiruline : riche en provitamine A (la fameuse bétacarotène), elle en contient quinze fois plus que la carotte. Sa concentration en vitamine E, antioxydant puissant, est comparable à celle du germe de blé. C’est la combinaison gagnante pour lutter contre les méfaits du soleil. Il est préférable de commencer le traitement un mois avant de s’exposer au soleil.

  1. Protéger

Habituez votre peau au soleil en douceur en vous exposant progressivement pour lui laisser le temps de mettre en place ses mécanismes d’autoprotection sans la « griller ». Un bronzage naturel et progressif est déjà une protection, et tout au naturel !

La protection solaire que vous utilisez doit bien sûr être adaptée :

  • à votre phototype : les phototypes clairs nécessitent une plus haute protection que les phototypes foncés
  • à vos conditions d’exposition : heure, durée, baignades ou non, présence de rayonnement réfléchi intense (neige, sable, eau…)
  • au lieu d’exposition et notamment altitude et latitude : par exemple des expositions en altitude nécessitent une protection plus forte du fait de la plus forte dose d’UVB.

Le choix de la crème, une question brûlante

Une protection efficace nécessite une protection contre les UVB et contre les UVA.Un « bon » produit de protection solaire doit donc afficher un SPF (Sun Protection Factor : la protection anti-UVB) d’un minimum de 6, et le logo UVA qui assure une protection minimale anti-UVA (dans un coefficient d’au moins au 1/3 du SPF).

Le SPF réel dépend de 3 facteurs :

  • le nombre de photons reçus : 8 %,
  • la quantité appliquée : 71 %,
  • l’homogénéité de l’application : 21 %.

Le consommateur est donc responsable du SPF de son produit à 92 % !

D’où l’importance d’opter pour des produits qui permettent une application la plus régulière possible et en quantité suffisante.

Quant aux formulations, il est préférable d’opter pour celles qui sont les plus naturelles, exemptes de filtres chimiques, peu écologiques, absorbés par la peau et suspectés d’avoir un effet « oestrogen-like » et de perturber l’équilibre hormonal. Ces dernières contiennent des filtres minéraux qui ont l’avantage d’être photostables (ils ne sont pas dégradés par les UV), d’être efficaces dès l’application et de ne pas être absorbés à travers la peau (sauf peut-être s’ils sont sous forme de nanoparticules), d’être inertes et d’être très bien tolérés par les peaux sensibles.

Quelques conseils à appliquer tout naturellement…

Limiter la durée de l’exposition solaire pendant les heures chaudes

Les UV solaires sont les plus forts entre 10 heures du matin et 16 heures. Dans la mesure possible, limitez l’exposition pendant cette période.

Savoir profiter de l’ombre

Retenez la règle suivante : « Surveillez votre ombre – ombre courte, vite à l’ombre ! ». En effet, il est possibled’évaluer l’intensité du rayonnement en observant son ombre : plus elle est longue, moins l’irradiation est forte. Au milieu de la journée, quand les rayons UV sont les plus agressifs, notre ombre est aussi la plus courte.

Porter des vêtements protecteurs

Un chapeau à large bord offre une bonne protection contre le soleil pour les yeux, les oreilles, le visage et la nuque. Des lunettes de soleil qui assurent une protection de 99% à 100% contre les UVA et les UVB réduiront grandement le risque de lésion oculaire due au soleil. Des vêtements amples, tissés serrés, fourniront une protection supplémentaire contre le soleil.

Une nouvelle branche dans l’industrie textile a d’ailleurs vu le jour, le « Sun Clothing », dont l’objectif est d’intégrer une protection anti-UV dans l’habillement. Un standard a même été créé, et un UPF (Ultraviolet Protection Factor) déterminé sur la base du SPF cosmétique.

Deux mots d’ordre, prudence et conscience

L’objectif d’une crème est d’améliorer la tolérance aux rayonnements solaires et non d’allonger le temps d’exposition. Il semblerait pourtant que l’utilisation d’une crème solaire d’indice élevé augmente le temps passé au soleil d’environ 30 minutes par jour. Par conséquent, revoir nos comportements semble une action des plus prioritaires.

  1. Apaiser
  • Il faut tout d’abord réparer les dommages et prévenir le vieillissement cutané

La clé est de miser sur les antioxydants, dont toujours les fameux caroténoïdes, mais aussi sur des extraits de plantes apaisants comme l’hydrolat de camomille ou de menthe poivrée, le gel d’aloe vera, l’huile de calophylle inophyle et les macérâts de calendula et de millepertuis (attention ce dernier étant photosensibilisant, il convient donc de ne pas se réexposer au soleil juste après son application).

  • Ré-hydrater et nourrir

Misez sur des beurres végétaux particulièrement nourrissants et réparateurs comme les beurres de karité, de kpangnan, de murumuru ou de kokum, et n’oubliez pas de boire pendant et après vos expositions.

La protection au naturel des plus petits

Toutes les autorités sanitaires recommandent de ne pas exposer du tout (ou le moins possible, et jamais sans protection), les enfants de moins de 3 ans. C’est que leur épiderme contient très peu de mélanocytes, les cellules responsables de la pigmentation. Et que de plus, celles-ci ne fonctionnent quasiment pas durant toute la première année de leur vie. La peau des bébés s’avère donc particulièrement sensible aux ultraviolets et très peu armée pour s’en protéger.

Mais l’âge de 3 ans n’est pas la date butoir après laquelle plus aucune précaution ne serait nécessaire, et c’est bien pendant toute l’enfance qu’il faut protéger du soleil.

Pour une protection maximale, bébés et enfants devront porter un chapeau à larges bords qui couvrent les oreilles et la nuque, un tee-shirt à manches longues, une paire de lunettes de soleil, un maillot anti-UV et, bien évidemment, une crème très haute protection spécial bébé indice 50.

Retenez : 4 minutes de soleil pour un enfant = 1 heure pour un adulte

Texte: Sophie Macheteau